Déclaration de la Conférence politique du POED 2020

28 octobre 2020

Nous, membres du Partenariat des organisations de la société civile pour l’efficacité du développement (POED), nous réunissons  aujourd’hui par des moyens virtuels, alors que les sociétés du monde entier continuent d’être aux prises avec une pandémie mondiale qui menace de réduire à néant les gains marginaux réalisés dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD).

Ladite pandémie a élevé les barrières structurelles responsables des inégalités sociales, et laissé les pauvres et les personnes vulnérables comme principales victimes. En outre, elle a souligné l’urgente nécessité pour la communauté internationale de s’attaquer à ces injustices et de veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte et privé de ses droits humains. C’est dans ce contexte que nous nous réunissons, en accordant une attention particulière aux groupes cibles les plus vulnérables dans nos communautés respectives : les personnes âgées, les enfants, les jeunes, les femmes, les personnes en situation de handicap et les LGBTQIA+, entre autres.

Nous, membres du POED originaires d’Afrique, d’Asie, d’Europe, d’Amérique latine, des Caraïbes, du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et du Pacifique, représentant des organisations confessionnelles, des groupes féministes, des organisations de la société civile internationales, des peuples autochtones, des migrants et diaspora, des communautés rurales, des travailleurs et des jeunes, sommes convaincus qu’une coopération internationale plus démocratique et un multilatéralisme fort sont essentiels dans cette période marquée par des crises mondiales et multidimensionnelles sans précédent. Le rôle de la coopération au développement dans la lutte contre la pandémie doit se manifester à plusieurs niveaux et le programme d’efficacité du développement est à présent plus crucial que jamais.

L’étude du POED sur l’analyse de l’efficacité de la réponse à la COVID-19 nous informe de manière très détaillée de la faible adhésion aux principes d’une coopération efficace au développement dans ladite réponse. Alors que les gouvernements s’efforçaient d’atténuer l’impact de COVID-19, ces principes ont malheureusement été contournés. Dans l’ensemble des régions et des secteurs, nos membres font état de la militarisation, de la répression et des restrictions qui portent atteinte aux droits des personnes et sapent la participation civique ; d’une augmentation des violences contre les femmes et les enfants commises dans le contexte de l’enfermement ou du confinement ; de la violence commise dans les centres de détention par des personnes d’autorité ; de punition excessive des contrevenants aux protocoles de quarantaine ; et des attaques en ligne systématiques contre les citoyens ordinaires qui affichent des critiques contre le gouvernement. Ces rapports démontrent l’impact profond de la pandémie sur les droits humains.

De nombreux gouvernements ont aggravé ces conditions en profitant des restrictions imposées pour poursuivre des intérêts économiques et politiques. La pandémie de COVID-19 s’est répandue dans un environnement mondial fragilisé par des décennies de politiques néolibérales. La corruption et la privatisation des services publics ont entravé l’efficacité des soins de santé et du soutien social aux secteurs durement touchés. Les gouvernements ont réaffecté les budgets nationaux d’autres programmes de développement clés au financement de la lutte contre la pandémie et les conditions de prêt imposent aux pays en développement des engagements supplémentaires en matière de dette, ce qui rend la réalisation de l’Agenda 2030 d’autant plus difficile. Le choc économique créé par la COVID-19 devrait faire basculer 150 millions de personnes dans l’extrême pauvreté d’ici 2021. Il est clair que les nouvelles formes de ce qui est essentiellement la préservation du statu quo ne seront pas d’un grand secours pour faire progresser les ODD dans le contexte de la « nouvelle normalité » post-pandémique.

Alors que l’humanité navigue sur ce chemin difficile vers la reprise, nous, au POED, restons engagés dans notre travail d’amplification de la voix des personnes marginalisées et vulnérables, dans un contexte de restrictions croissantes et d’exclusion pure et simple de la participation civique dans de nombreux pays. Nous continuerons à résister et à rejeter les mesures oppressives prises en réponse à la pandémie. Bien qu’il soit manifestement nécessaire de mettre en œuvre des stratégies pour freiner la propagation du virus, nous soutenons que la réponse à la COVID-19 ne peut et ne doit pas violer les normes internationales en matière de droits humains, ni être instrumentalisée pour consolider le pouvoir autoritaire.

Dans ce contexte, le POED insiste pour que les principes d’efficacité du développement, alignés sur les cadres des droits humains et des droits des femmes, soient au cœur de la réponse à la COVID-19 et de l’effort mondial, aujourd’hui et à l’avenir, pour réaliser l’Agenda 2030. Nous rappelons ces principes aujourd’hui, et appelons tous les acteurs du développement à les respecter :

  1. Assurer une appropriation démocratique qui :
    • s’inspire des priorités nationales et régionales et des réalités de terrain ;
    • est alignée sur les systèmes nationaux et les utilise pour financer la réponse à la COVID-19 ;
    • garantit un financement prévisible, ponctuel et fiable ;
    • encourage la coordination et l’harmonisation des donateurs sur la réponse à la COVID-19.
  2. Construire des partenariats inclusifs qui :
    • incluent et renforcent la participation de la société civile dans la réponse à la COVID-19 ;
    • garantissent la capacité des OSC à opérer librement et à répondre à la pandé
  3. Garantir la transparence et la responsabilité en :
    • mettant à disposition des mécanismes de contrôle et de recours ;
    • partageant des informations claires sur l’allocation et le décaissement des fonds liés à la COVID-19 ;
    • offrant un accès à des informations rapides, fiables et complètes sur la situation et la réponse à la COVID-19.
  4. Obtenir des résultats qui sont :
    • ciblés sur les personnes les plus vulnérables et marginalisées, notamment les femmes et les enfants, les populations rurales et les communautés autochtones, ainsi que dans  le secteur informel et l’économie des soins ;
    • guidés par des cadres transparents, mesurables et limités dans le temps pour évaluer les progrès et les résultats ;
  5. Aspirer à ne vraiment laisser personne de côté en :
    • respectant et en dépassant les engagements pris de longue date en matière d’aide, en termes de quantité et de qualité ;
    • permettant l’accès aux services essentiels pour les personnes vulnérables et marginalisées ;
    • garantissant que les droits humains et les droits des femmes sont au cœur de la réponse à la pandémie ;
    • soutenant la solidarité sous forme de subventions plutôt que de prêts ;
    • attribuant des fonds distincts et supplémentaires pour la réponse à COVID-19.

Dans le même temps, malgré l’impact de la pandémie, le POED s’engage à poursuivre ses autres priorités qui sont plus urgentes que jamais. À cette fin, en tant que plateforme, nous nous engageons à :

  1. Faire progresser la mise en œuvre des engagements en matière de coopération efficace au développement (CED) en tant que contribution aux moyens de mise en œuvre de l’Agenda 2030 et du programme d’action d’Addis-Abeba.
  2. Sauvegarder l’intégrité du cadre de suivi du Partenariat mondial pour présider à la mise en œuvre du programme d’efficacité.
  3. Promouvoir la responsabilité et l’efficacité de l’engagement du secteur privé dans les partenariats de développement.
  4. Contribuer à inverser le schéma de fermeture et de rétrécissement de l’espace pour la société civile.
  5. Promouvoir le programme d’efficacité du développement dans le financement de l’action climatique pour les ODD.
  6. Veiller à ce que le lien entre les questions humanitaires, de développement et de paix (ou « triple Nexus ») fasse progresser le programme de la coopération au développement et des droits humains.

La pandémie de COVID-19 a frappé l’humanité sans distinction, les riches et les pauvres, les forts et les faibles. La lutte contre ses terribles conséquences a démontré que la seule stratégie efficace consiste à travailler en partenariat avec tous les membres de la société. Face à la tragédie de la pandémie, le POED appelle à la construction de partenariats véritablement inclusifs pour faire progresser l’efficacité du développement de tous les peuples du monde.#

Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below