La plateforme de la société civile demande un changement urgent et radical de l’architecture de l’aide lors du dialogue de l’ONU sur le financement du développement

New York, 20 septembre 2023 – Lors du dialogue de haut niveau (DHN) de l’Assemblée générale des Nations unies sur le financement du développement (FdD), la plateforme mondiale de la société civile Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement (POED) apporte des demandes de changement urgent et radical à l’architecture de l’aide.

Le DHN sur le financement du développement intervient à un moment crucial de la poursuite des objectifs de développement durable (ODD), que les Nations unies elles-mêmes ont décrits comme étant hors d’atteinte à mi-parcours, à la suite de la pandémie et de multiples crises. Tout indique que les ODD ne seront pas du tout atteints, à moins que des décisions drastiques et difficiles ne soient prises.

La POED, représentée par l’un de ses coprésidents Richard Ssewakiryanga, a participé au Dialogue dans le cadre du mécanisme de financement du développement de la société civile (CS FfD) pour appeler à des discussions ouvertes sur les réformes de l’architecture économique qui peuvent avoir un impact positif sur la coopération au développement et rééquilibrer les asymétries de pouvoir au sein du secteur de l’aide.

Le POED formule les demandes suivantes, également basées sur les résultats de son étude annuelle des Examens volontaires nationaux (EVN) qui soulignent l’urgence de remédier aux lacunes du financement international du développement :

  • Augmentation urgente des niveaux d’aide : Engagement à respecter les engagements en matière d’APD, notamment en dépassant l’objectif de 0,7 % du RNB et en allouant 0,15 à 0,20 % du RNB aux pays les moins avancés.
  • Protéger les budgets d’aide au développement : préserver les budgets d’aide actuels aux pays en développement. En outre, le POED plaide pour une allocation responsable de l’aide en supprimant progressivement la déclaration des coûts des réfugiés au sein des donateurs en tant qu’APD. Les règles régissant l’APD doivent être alignées sur son objectif principal.
  • Cibler l’APD là où elle a le plus d’impact. Les stratégies visant à recueillir des fonds auprès du secteur privé n’ont pas permis de mobiliser les fonds escomptés et de contribuer à la réalisation des ODD. Au lieu de cela, l’APD devrait promouvoir les services financés et fournis par le secteur public, qui se sont avérés les plus efficaces pour garantir des sociétés pleinement inclusives et résilientes, capables de répondre aux pressions résultant des crises économiques, sociales et climatiques.
  • S’engager dans des réformes : les gouvernements et les institutions financières internationales devraient s’engager dans des réformes globales de l’architecture financière internationale qui privilégient l’équité, la transparence et la participation active des pays en développement et de la société civile. L’APD devrait être allouée de manière à atteindre d’abord les plus démunis et à améliorer la responsabilité de la coopération au développement.

« Le POED estime qu’une coopération au développement efficace et la réalisation des ODD nécessitent la participation active de la société civile dans les espaces politiques. Les décisions relatives à la coopération au développement devraient être prises de manière transparente, avec une représentation de toutes les parties prenantes, et les Nations unies devraient jouer un rôle central à cet égard », a expliqué la coprésidente du POED, Biljana Spasovska.

Richard Ssewakiryanga a également proposé de revoir la Convention sur la coopération au développement, qui fournirait aux gouvernements un mandat, une définition et un objectif universellement acceptés. Cette convention empêcherait l’utilisation abusive de l’aide et l’alignerait sur des objectifs fondamentaux universellement compris.

Dans sa déclaration au sommet des Nations unies sur les ODD de cette année, le POED a souligné que « la réforme du système international et de l’architecture financière doit conduire à un développement durable pour tous et placer les questions de pauvreté et d’inégalité au cœur de son mandat. » Le DHN sur le FdD est donc une opportunité pour les Etats et le secteur privé de renouveler leur engagement vers l’idéal commun du « développement durable pour tous ».

A propos du POED. Le Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement réunit des organisations de la société civile (OSC) du monde entier autour de la question de l’efficacité de la coopération au développement. Elles collaborent avec des organisations et des réseaux de la société civile dans plus d’une centaine de pays, et leurs membres proviennent de six régions et de huit secteurs : confessionnel, féministe, peuples indigènes, OSC internationales, travail, migrants, rural et jeunesse. Visitez le site csopartnership.org pour en savoir plus.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

SEARCH

RECENT POSTS

ABONNEZ-VOUS À NOTRE
REVUE HEBDO

ADDRESS:
3rd Floor, IBON Center
114 Timog Avenue, Quezon City
1103 Philippines
PHONE:
+632 9277060 to 61 local 203 and 207
TELEFAX:
+632 9276981
EMAIL:
info@csopartnerhip.org

Welcome Back!

Login to your account below