Le Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement (POED) s’est joint au Forum du partenariat mondial de Busan 2021 qui s’est tenu à Séoul, en Corée du Sud, du 18 au 29 novembre dernier.

Organisé par le Partenariat mondial pour une coopération efficace au développement et le ministère des Affaires étrangères, l’événement promeut l’efficacité du développement au sein de Covid-19 comme étant la clé pour atteindre les ODD.

Cette année marque le 10e anniversaire du Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement, un accord novateur qui a défini des principes communs pour l’efficacité du développement et qui a été approuvé par un large éventail de gouvernements, d’organisations de la société civile, du secteur privé et d’autres acteurs. L’accord de partenariat de Busan a conduit à l’établissement du Partenariat mondial pour une coopération efficace en matière de développement (PMCED), un forum multipartite visant à faire progresser l’efficacité du développement. Le POED représente la société civile au sein du PMCED.

A travers ce forum, le PMCED a cherché à atteindre les objectifs suivants :

  • réfléchir aux progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Accord de partenariat de Busan et explorer les défis de la promotion de l’efficacité du développement dans le contexte de Covid-19 ;
  • présenter de nouvelles idées et des initiatives passionnantes qui donnent des résultats au niveau national ; et
  • contribuer à la discussion sur la façon dont le PMCED devrait évoluer pour répondre au contexte actuel et maximiser sa contribution à l’Agenda 2030.

Luca de Fraia, du secteur des OSC internationales du POED et d’ActionAid Italie, a participé en tant que panéliste à la session sur les partenariats innovants et inclusifs, qui a été fortement animée par des discussions sur l’innovation et les technologies numériques, ainsi que sur Covid-19.

Il a expliqué comment le POED a développé un cadre conceptuel réfléchissant à l’importance des principes d’efficacité dans une crise comme celle de la Covid-19. En mars dernier, le POED a publié son étude mondiale et multipartite sur la réponse à la Covid, en utilisant le prisme de l’efficacité de la coopération au développement.

Luca a mis l’accent sur deux points de la conversation : l’alignement sur les plans nationaux et la promotion d’une approche fondée sur les droits humains

« La meilleure option pour faire face à ce genre de situation est de s’assurer que les réponses à une crise comme celle du COVID-19 sont alignées sur les priorités des pays, que ces réponses sont intégrées autant que possible dans les plans des pays pour réaliser les ODD – intégrées dans les cadres et les systèmes des pays. Les partenariats dont nous avons besoin pour faire face à une crise comme la pandémie de Covid doivent être ancrés dans de tels principes. »

Il a également déclaré que les responsables doivent s’assurer que les politiques de distanciation sociale – l’une des mesures clés de la réponse à la pandémie – sont mises en œuvre de manière à préserver les droits les plus fondamentaux tels que la liberté d’association et d’expression.

 

De son côté, Beverly Longid, co-présidente du POED, participe à la session sur l’efficacité du développement dans les contextes fragiles, où elle a partagé le travail de la plateforme sur le triple Nexus. Elle a déclaré que le POED croit au potentiel des partenariats de développement pour aborder les questions interdépendantes de la paix, du développement et de la crise humanitaire.

« Au lieu de fournir des solutions rapides et des mesures palliatives, les partenariats pour le développement durable doivent prendre en compte les déterminants structurels des conflits et les défis uniques du développement dans les contextes fragiles. Dans le plan stratégique 2020-2023 de la plateforme, les questions nexus ont été identifiées comme un objectif politique sur lequel nous allons nous concentrer », a-t-elle ajouté.

Forum du partenariat mondial de Busan 18 novembre

Luca de Fraia [3:08 – 3:17] et Beverly Longid [6:00 – 6:12]

Le POED présente les recommandations suivantes pour maintenir l’efficacité du développement dans un contexte de conflit et de fragilité :

Comprendre le Triple Nexus : Promouvoir une compréhension commune du Triple Nexus entre les acteurs des trois piliers, entre les plateformes multipartites et entre les pays ; cette compréhension et cette interprétation doivent être ancrées dans les contextes locaux et dans l’analyse concrète des situations de conflit et de fragilité.

Répondre aux préoccupations : Garantir une participation significative de la société civile, en particulier dans les situations où les gouvernements sont parties au(x) conflit(s) ; une attention particulière devrait également être accordée à l’autonomisation des minorités nationales, des LGBTQI, des personnes handicapées et des personnes âgées afin qu’elles puissent participer au processus de conception, de mise en œuvre et d’évaluation du Triple Nexus.

Relation avec le contexte politique général : L’approche Nexus doit être associée à un travail dynamique et à des partenariats entre les gouvernements, le secteur privé et les OSC, dans la mesure du possible, afin de faire avancer les recommandations formulées en utilisant le Triple Nexus comme cadre d’analyse et d’action.

En ce qui concerne le régime d’aide mondial : Le financement du Triple Nexus devrait être augmenté, ainsi que l’APD allouée à cette fin. Les principes de l’ED doivent être respectés ; il faut saisir les occasions créées par le discours sur le Triple Nexus pour ouvrir des discussions sur la gouvernance démocratique des institutions financières internationales et sur la fin de la conditionnalité politique de l’aide.

 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below