Le POED participe à l’atelier du Sommet des peuples pour la justice climatique pendant la COP26

Le 9 novembre 2021, le Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement a rejoint les mouvements populaires alliés à Glasgow pour un atelier intitulé « From Grassroots Resistance towards Revolutionary Reconstruction : Visions from the Ground of the World We Want to Create (« De la résistance communautaire à la reconstruction révolutionnaire : Visions du terrain sur le monde que nous voulons créer »). Cet atelier du Sommet des peuples pour la justice climatique s’est tenu à la fois physiquement à Glasgow et virtuellement sur Zoom, dans le but de rassembler et de promouvoir les visions et les demandes des peuples et des organisations communautaires/ de la base vers un monde socialement juste, équitable et écologiquement durable.

Alors que les dirigeants des gouvernements et de l’industrie, les experts du climat et la société civile se réunissent à Glasgow pour tracer le destin du monde pour la 26e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les idées, les contributions et les initiatives du terrain sont notablement absentes, si ce n’est intentionnellement mises de côté et ignorées.

Les discussions sur le droit au développement, les responsabilités communes mais différenciées, la transition juste, la mobilisation des ressources par les puissances mondiales pour l’adaptation et les réparations pour les pertes et les dommages sont minimisées. La décroissance, la décarbonisation et le désinvestissement résonnent dans les couloirs des universités et des gouvernements, tandis que les conversations sur les caractéristiques de la résistance populaire du Sud, comme l’action collective, l’engagement direct et la révolution, sont étouffées. De plus, les alternatives radicales sont écartées sans que l’on comprenne leur potentiel de transformation.

L’événement était organisé par la Ligue internationale de la lutte des peuples – une formation anti-impérialiste et démocratique de mouvements et d’organisations populaires, avec ses organisations et formations partenaires – l’Action des peuples du Sud sur la COP26 – une formation de campagne des organisations de base du Sud pour la COP26 – la Tapisserie mondiale des alternatives (GTA), une initiative visant à créer des réseaux de solidarité et des alliances stratégiques entre toutes ces alternatives aux niveaux local, régional et mondial, et Adelante, un groupe de huit réseaux mondiaux pour l’action collective et solidaire à l’avenir.

L’activité, qui a duré une heure et demie, a donné lieu à des discussions sur « Le potentiel de libération d’un New Deal vert populaire » par le Dr Max Ajl, chercheur associé à l’Observatoire tunisien de la souveraineté alimentaire et de l’environnement et chercheur postdoctoral au sein du groupe de sociologie rurale de l’université de Wageningen. Il a décrit la vision d’un monde juste avec une convergence globale en matière de développement et d’environnement, une vision partagée par de nombreux mouvements, des agroécologistes aux mouvements de libération, et comment nous devons surmonter les obstacles massifs que sont l’impérialisme, le militarisme et le colonialisme pour y parvenir.

Ashish Kothari de The Global Tapestry of Alternatives (GTA) a ensuite parlé de « Tisser une tapisserie d’alternatives radicales », en soulignant la nécessité de relier concrètement le système d’injustice à des demandes qui montrent des alternatives constructives. Il a également identifié d’autres lacunes auxquelles les mouvements sont confrontés, comme la collaboration et la promotion d’alternatives radicales, que GTA tente de combler. Il a appelé les gens à prendre conscience des solutions fausses, partielles et des post-vérités du système dominant, comme le carbone zéro, les solutions techniques et les mécanismes de marché. Il a déclaré qu’il est temps de choisir une voie radicale d’alternatives qui comprend :

  • la résistance à toutes les formes d’oppressions (au capitalisme, à la domination étatique, au patriarcat, au racisme, à la centration sur l’humain, etc.) Il s’agit de changer nos façons d’être, de connaître, de faire, de rêver
  • une pluralité de solutions constructives incluant l’agroécologie/permaculture, la biocivilisation, la décroissance, la transition, les biens communs, l’écoféminisme, l’écosocialisme, l’économie solidaire, etc.

Enfin, il a parlé de combler les lacunes et de créer des liens entre la résistance et la construction d’alternatives, l’apprentissage et la collaboration intersectoriels et interculturels, la documentation et la promotion d’alternatives radicales, un environnement propice et des espaces démocratiques pour les voix des communautés de base, et de l’espace pour les autres espèces et la terre dans son ensemble.

Ces discours ont été suivis d’un panel de discussion visant à partager les visions du terrain. Les participants ont expliqué comment ils résistent au système dominant, injuste, impérialiste, colonial, patriarcal et militariste. Le panel comprenait « L’expérience et les alternatives des peuples indigènes » par Thum Ai de Myanmar Mining Watch, « Confronter les fausses solutions climatiques » par Helda Khasmy de Sarikat Perempuan Indonésie, « Adaptation, pertes et dommages » par Ruth Nyambura de Coastal Development Partnership-in Bangladesh, « Agroécologie féministe » par Ruth Nyambura du collectif Ecofeminists africain, et « Organisation urbaine de base » par Justin Kenrick de Grassroots2Global. Tous ont partagé leurs visions, leurs expériences et leurs meilleures pratiques de terrain.

Le forum ouvert qui a suivi ces présentations a permis aux participants de discuter plus avant de tous les sujets susmentionnés. Ivan Enrile, du Programme international pour la justice climatique d’IBON, a insisté sur le fait qu’en même temps que nous faisons pression pour des alternatives, la lutte pour le pouvoir politique doit être poursuivie car elle est essentielle pour réaliser les changements que nous souhaitons, et ce pouvoir ne doit pas être laissé à l’élite.

Les remarques finales ont été prononcées par Vasna Ramasar, de GTA, et Beverly Longid, coprésidente du POED et représentante du secteur des peuples autochtones, qui ont noté que, bien que des efforts supplémentaires soient nécessaires en termes de traduction interculturelle et que des occasions aient été manquées pour les orateurs qui n’ont pas pu venir à la COP26, il est essentiel que ces discussions portent sur la résistance aux fausses solutions et sur la nécessité de créer des alternatives au niveau communautaire dans différentes parties du monde.

Vous pouvez regarder l’enregistrement de l’événement ici.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below