Un appel à la solidarité internationale pour soutenir la quête de justice, de paix et de développement du peuple afghan

Le 15 août 2021, le monde a été témoin de développements dévastateurs dans la guerre civile en cours en Afghanistan. Les forces talibanes ont repris le siège du pouvoir en Afghanistan après le retrait des forces américaines, qui marque la « fin » de leur occupation de plusieurs décennies. En conséquence, des milliers d’Afghans se sont empressés de fuir le pays, tandis que d’autres ont cherché refuge dans les pays voisins comme le Pakistan et l’Iran. Les coûts indicibles seront révélé dans les décennies à venir.

Histoire de conflits et d’instabilité

Les États-Unis et leurs alliés occidentaux ont envahi le pays après les attentats du 11 septembre 2001, sous le prétexte d’une guerre contre le terrorisme et l’agression. Après la guerre, les États-Unis ont installé un gouvernement de transition et ont introduit leurs notions de « démocratie » dans une société par ailleurs profondément conservatrice. Depuis lors, des millions de dollars d’aide publique au développement (APD) ont afflué dans le pays pour soutenir sa reconstruction et son édification nationale. Cependant, une grande partie de cette APD a été utilisée à des fins militaristes par le gouvernement de transition et ses alliés, au lieu de s’attaquer à la pauvreté et à l’exclusion aggravées par la guerre en cours. À eux seuls, les États-Unis auraient dépensé 2 000 milliards de dollars en Afghanistan, principalement pour leur campagne militaire dans la région.

Aspirations à un développement véritable

Aujourd’hui, l’Afghanistan se classe 169ème sur 189 pays et territoires selon l’indice de développement humain des Nations unies et est l’un des principaux producteurs d’opium au monde. Près de la moitié de la population afghane vit sous le seuil de pauvreté (Banque asiatique de développement, 2020), tandis que des entrepreneurs étrangers transportent le pétrole hors du pays, que des fonctionnaires empochent des fonds publics et que des chefs de guerre locaux président au commerce croissant de l’opium. À ce stade, les coûts croissants du militarisme et de la guerre ont contraint les États-Unis à conclure un accord de paix avec les talibans. Cependant, la mise en œuvre désordonnée de cet accord a mis en danger des millions d’Afghans, en particulier les femmes et les filles.

L’expérience de l’Afghanistan montre qu’il est toujours insensé de promouvoir un développement qui n’est pas ancré sur une paix juste et sur les droits et les aspirations de la population. L’absence de prise en compte des principes de la coopération efficace au développement, à savoir l’appropriation démocratique fondée sur la volonté et les intérêts de la population, la transparence, l’obligation de rendre des comptes et le partage des responsabilités, les partenariats inclusifs pour le développement et l’attention portée sur les résultats, dans les efforts de développement déployés pendant l’occupation a conduit à la situation actuelle.

 

 

Appel à la solidarité internationale centrée sur l’approche fondée sur les droits humains (AFDH)

Le peuple afghan a besoin de la solidarité internationale. La communauté internationale, y compris tous les acteurs du développement, doit mobiliser des ressources et mettre en place des mécanismes pour soutenir le peuple afghan qui souffre de cette crise humanitaire.

Le POED accueille postivement l’appel lancé par le Secrétaire général des Nations Unies à tous les États pour qu’ils n’abandonnent pas le peuple afghan et utilisent tous les moyens dans les limites des normes et standards internationaux en matière de droits humains pour mettre fin aux atrocités. Nous appelons l’ONU et tous les États à garantir les droits de tous les citoyens afghans.

Nous demandons aux États-Unis de rendre des comptes et nous exhortons les autres États, en particulier ceux qui ont pris part à cette occupation, à prendre des mesures réparatrices au titre de leur responsabilité morale. Cela devrait inclure l’ouverture de leurs frontières aux personnes vulnérables d’Afghanistan qui cherchent refuge. Concrètement, nous recommandons des changements rapides dans les programmes d’immigration afin d’accueillir tous les réfugiés rendus vulnérables par ce développement.

Nous appelons également les États à fournir une aide humanitaire guidée par les principes de solidarité, de non-conditionnalité et de protection internationale, conformément aux cadres des droits humains. L’aide doit être orientée vers les besoins de la population – et non vers des intérêts géopolitiques – et répondre au lien entre l’aide humanitaire, la paix et le développement. Dans la même veine, nous appelons à l’augmentation du financement des organisations de la société civile afghane qui se concentrent sur la paix et les initiatives humanitaires, et à l’arrêt de l’aide militaire qui alimente la guerre dans les zones touchées par le conflit.

Le gouvernement dirigé par les talibans doit respecter l’engagement qu’il a pris de faire respecter les obligations de l’Afghanistan découlant des traités internationaux relatifs aux droits humains et autoriser les Nations unies et les observateurs internationaux indépendants à entrer dans le pays pour surveiller et promouvoir la protection des droits humains.

Enfin, nous exprimons notre solidarité avec le peuple afghan qui aspire à une paix juste et à la démocratie, à l’égalité des genres et à l’autodétermination. Nous ne faisons qu’un avec les membres de la société civile afghane dans leur lutte pour la reconnaissance en tant qu’acteurs indépendants du développement, et pour le respect des droits humains. Nous nous joignons à eux pour réclamer un espace civique leur permettant de remplir leur rôle social et pour appeler à la protection des civils, en particulier les femmes et les filles, les minorités ethniques et les journalistes, contre la violence et les autres atteintes aux droits.

La promotion de la paix et de la sécurité en Afghanistan est la responsabilité de toutes les parties prenantes. Avec le reste du monde, nous défendons la justice sociale et une véritable réconciliation en Afghanistan. Nous préconisons la mise en place d’institutions gouvernementales qui panseront les plaies de leurs communautés déchirées par la guerre. Puissent les racines du conflit être traitées, et puissent-elles trouver une paix et un progrès durables. #

 

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below