Discours de clôture : Le financement du développement à l’ère de Covid-19 et au-delà

La déclaration suivante a été prononcée par la coprésidente du POED, Beverly Longid, pour la clôture de la réunion des représentants de la société civile et des Nations unies intitulée « Le financement du développement à l’ère de Covid-19 et au-delà ». Dans cette déclaration, elle a appelé les États membres des Nations unies à placer les droits humains et le développement des populations au cœur des conversations, ainsi qu’à mettre l’accent sur les principes d’efficacité et le respect par les États de leurs engagements historiques.

Regardez la vidéo complète ici et et pour en savoir plus sur les demandes de la société civile, lisez la lettre ouverte aux Chefs d’Etats de la réunion des Nations Unies ici

Au nom du Groupe des OSC sur le financement du développement et du Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement (POED), nous remercions le Secrétaire général des Nations unies d’avoir organisé cette importante discussion.

Comme l’ont dit les orateurs précédents, nous sommes confrontés à de nombreuses crises dans les domaines de l’économie, de la santé, du climat et de la dette, ainsi que du développement, avec une aggravation de la pauvreté et des inégalités, un fardeau plus lourd pour les femmes et davantage d’obstacles aux droits des personnes. Pour y faire face efficacement, nous devons admettre que les anciens systèmes ont contribué à ces crises, voire les ont provoquées. La liberté du capital a longtemps été le moteur de l’architecture économique et financière mondiale. Mais elle n’a pas ou peu contribué à promouvoir les droits socio-économiques et le développement des populations.

Nous constatons également le recul des droits civiques et politiques. Dans le contexte du rétrécissement des espaces civiques, nous voyons de plus en plus certains États criminaliser, étiqueter comme « terroristes » et lancer des représailles contre les voix critiques et dissidentes. J’ai été témoin de meurtres commis par l’État contre d’autres militants et de menaces à ma propre encontre alors que nous défendions les droits humains sous le gouvernement de Duterte aux Philippines. Nous ne pouvons pas travailler pleinement au développement des peuples et de la planète si les gouvernements nous vilipendent, nous tuent et nous menacent pour avoir exprimé nos préoccupations.

Le défi qui se pose à nous maintenant est de savoir comment inverser ces tendances. Nous ne pouvons pas parler d’une « reprise » ou d’une « nouvelle normalité » qui reviendrait fondamentalement à l’ancien système. Nous devons être ambitieux dans les changements systémiques que nous poursuivons. Nous devons faire preuve d’audace pour remédier aux inégalités structurelles.

Pour trouver des solutions à l’actuelle architecture économique et financière brisée,  les Nations unies peuvent convoquer un sommet international sur la reconstruction économique et la réforme systémique. À l’appui, les groupes informels du Forum sur le financement du développement sur les priorités thématiques peuvent se transformer en axes de travail concrets qui éclaireront les négociations intergouvernementales et feront progresser le programme de réforme systémique. Les États membres peuvent diriger ces processus, mais avec la participation pleine, significative et efficace de toutes les parties prenantes et de tous les groupes d’intérêt.

Dans l’ensemble, le POED met l’accent sur les principes d’efficacité et le respect des engagements historiques.

Premièrement, nous devons aller au-delà des suspensions de dettes et faire pression pour des annulations de dettes plus importantes pour les pays en développement. Nous appelons à un mécanisme inclusif d’assainissement de la dette souveraine, en dehors des plateformes des créanciers traditionnels.

Deuxièmement, au lieu de compter sur la dette, nous avons besoin de plus de subventions inconditionnelles. Nous rappelons aux États leur engagement à atteindre et même à dépasser leur objectif de 0,7 % du RNB pour l’aide publique au développement (APD). Défendons l’intégrité de l’APD en tant que ressource publique. Revoyons les approches qui favorisent davantage les partenariats public-privé, qui se concentrent sur le « financement privé » malgré ses résultats peu clairs en matière de développement.

Troisièmement, réévaluer, par le biais d’un processus interétatique, les incitations fiscales pour les sociétés multinationales et travailler à leur imposition progressive. Au lieu de l' »intégration financière », les contrôles des capitaux doivent être une option pour les économies du Sud exposées aux caprices des investisseurs.

Enfin, la promotion générale de la libéralisation du commerce et de l’investissement, qui a faussé les bénéfices des grandes entreprises, doit cesser. Nous appelons à l’arrêt des négociations d’accords inégaux en matière de commerce et d’investissement, et à un moratoire sur les affaires de règlement des différends entre investisseurs et États. Les pays devraient disposer d’un espace pour améliorer leurs politiques en matière de commerce et d’investissement.

La communauté internationale et les Nations unies doivent agir maintenant.

Élaborons des solutions axées sur les droits humains et le développement des populations, qui favorisent l’égalité et qui s’attaquent aux structures qui font peser un fardeau économique et social sur tous, en particulier sur les femmes. Abandonnons l’extraction effrénée des ressources qui nuit aux populations et à la planète, et orientons-nous vers des économies nationales dynamiques qui répondent aux besoins des populations et respectent les droits des travailleurs. Construisons des structures qui démocratisent la gouvernance mondiale et favorisent l’inclusion des pays du Sud et des populations trop souvent laissées pour compte : les travailleurs, les paysans, les femmes, les migrants, les professionnels de la santé et les peuples autochtones. Ensemble, préparons un avenir meilleur. Merci ! #

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below