COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Le POED organise une conférence d’étude sur la coopération au développement dans des contextes de conflit et de fragilité

10 novembre 2019, Amman, Jordanie – Le groupe de travail sur le conflit et la fragilité du Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement (POED), en partenariat avec le Groupe arabe pour la protection de la nature (APN), a organisé une conférence d’étude qui s’est tenue du 10 au 11 novembre 2019 à Amman, en Jordanie.

Intitulé « Défaire le « triple nexus » : coopération efficace du développement dans des contextes de conflits et de fragilité », l’événement visait à analyser la relation entre l’aide humanitaire, le développement structurel et la paix, et à développer les messages clés du POED sur le « nexus », en se basant sur les expériences des circonscriptions dans le monde entier et dans différents secteurs.

La co-présidente du groupe de travail sur le conflit et la fragilité du POED, Razan Zuayter, a débuté le programme par une déclaration sur les objectifs de la conférence. Dans son discours, elle a également identifié les principaux défis de la consolidation de la paix, à savoir l’absence de volonté politique et la responsabilité mise sur les parties prenantes.

Elle ajoute : « Les politiques [dans ce contexte de crise doivent] inclure le besoin de recherche des causes profondes des guerres, tenir les faiseurs de guerre directs et indirects pour responsables, et associer le développement à l’aide humanitaire non seulement pour renforcer la résilience, mais également pour demander à mettre fin au conflit et empêcher qu’il ne se reproduise. »

La co-présidente du POED, Beverly Longid, a également affirmé ce message dans son discours introductif, expliquant que l’aide doit permettre de remédier aux causes profondes de la condition qui crée ce besoin d’assistance humanitaire.

« L’aide doit aider à résoudre la source du conflit et de la fragilité grâce à des projets de développement pertinents et axés sur les personnes en utilisant une approche basée sur les droits. Nous devons faire valoir que l’aide humanitaire doit être utilisée pour l’élimination de la pauvreté extrême et la vulnérabilité. Nous voulons orienter les fonds vers une consolidation de la paix basée sur la justice sociale, et non vers la guerre et le militarisme », a-t-elle ajouté.

La première réunion d’experts a réuni des intervenants représentant différentes régions du monde : Asie de l’ouest et Afrique du nord (au sujet des conflits, de l’occupation et des sièges), Pacifique (crise climatique), Asie (crise des réfugiés), Afrique (famine et guerre), et Amérique (crise des frontières). Cette réunion a été l’occasion de discuter des politiques et stratégies existantes en lien avec le conflit et la crise des régions respectives et les défis impliqués.

La deuxième réunion était axée sur les impacts sectoriels des différentes formes de crises avec les intervenants des circonscriptions du groupe féministe, des peuples autochtones et du développement rural. La réunion a permis de débattre sur la façon dont les politiques et stratégies actuelles humanitaires, de paix et de coopération au développement répondent aux besoins de ces groupes marginalisés, ou au contraire, aggravent les effets de la crise sur eux.

Le communiqué de conférence a été présenté lors de la clôture de la conférence. Il contient les messages clés qui sont ressortis des échanges au cours de la conférence d’étude. Le communiqué insiste sur le besoin de promouvoir l’approche de triple nexus en résolvant les besoins immédiats et sur le long-terme des peuples vivant dans des contextes de conflit, fragilité et d’occupation tout en maintenant l’intégrité de la sécurité des États et des intérêts géopolitiques qui pourraient alimenter le conflit.

Le communiqué accentue également le besoin d’inclusion et de participation significative des organisations de la société civile dans les processus et initiatives humanitaires, de développement et de renforcement de la paix comme pré-condition de la transparence et responsabilité des détenteurs d’obligation. Il est conclu par une déclaration similaire des messages des co-présidents du groupe de travail, à savoir que la résolution des causes profondes du problème reste une étape fondamentale pour trouver des solutions qui promeuvent une paix juste et durable et exercent le droit au développement.

Pour terminer l’événement en beauté, la délégation de la conférence a tenu une promesse de soutien symbolique pour la Million Trees Campaign d’APN. Cette campagne vise à aider les agriculteurs palestiniens à conserver la propriété de leurs terrains en replantant des arbres sur les terres palestiniennes qui ont été rasées au fil des ans par les bulldozers israéliens.

La conférence d’étude se déroule dans le Moyen-Orient et l’Afrique du nord, zones affectées par le conflit et la fragilité. Neuf des dix principaux bénéficiaires de l’aide humanitaire internationale en 2016 se trouvent dans cette région.

Le POED est une plateforme ouverte qui rassemble les OSC du monde entier sur la question de la coopération efficace du développement. Le POED s’efforce à rendre le développement plus efficace en remodulant l’architecture de l’aide mondiale et en autonomisant les OSC qui travaillent sur place. Pour en savoir plus, rendez-vous sur csopartnership.org.#

Tags: Aid
Facebook
Twitter
LinkedIn

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below