Tout futur Partenariat Global doit inclure la société civile et ses demandes

La société civile fait entendre ses demandes avant la réunion de Haut Niveau sur l’aide au développement

MEXICO, 14 Avril—À la veille de la première Réunion à Haut Niveau (RHN) du Partenariat Global pour une Coopération Efficace au service du Développement (PGCED) à Mexico, les organisations de la société civile du monde entier se retrouvent pour un forum d’une journée. Le but est de discuter des problématiques les plus urgentes et les plus stratégiques en termes de coopération pour le développement, et le rôle des organisations de la société civile dans la définition de cette future coopération. “Pour que la coopération au développement soit efficace, nous devons nous assurer que les engagements existants soient respectés, que leur application soit immédiate et sérieuse, et que tous les acteurs du développement soient inclus,” a précisé Tony Tujan, co-président sortant de l’alliance des Organisations de la Société Civile pour un Développement Efficace (CPDE). Le CPDE est un réseau global d’organisations de la société civile (OSCs) et de syndicats et un membre du Comité de Suivi du Partenariat Global. À Mexico, les OSCs demandent aux acteurs du développement de s’engager sur les points suivants:

  1. Finaliser la mise en place des principes de Paris, Accra et Busan et les appliquer à tous les acteurs. Vu l’importance donnée au secteur privé dans la réunion à haut niveau, les acteurs du développement doivent faire en sorte que l’aide publique au développement vers ou à travers le Secteur Privé suive et renforce les principes d’efficacité déjà actés et qu’elle ne les affaiblisse pas.
  2. Accélerer et renforcer les engagements de Busan;
  3. Permettre un environnement plus favorable pour les OSCs en tant qu’acteurs indépendants du développement ; et
  4. Promouvoir un cadre de coopération au développement équitable et juste qui permette la création d’emplois décents, l’égalité hommes-femmes, le respect des droits humains et une croissance globale forte, partagée et durable.

“La RHN a lieu à un moment critique : aujourd’hui, la croissance est inégale et non durable et les inégalités sont croissantes partout à travers le monde,” a rappelé Jorge Balbis, Directeur Éxécutif de l’Association Latino-américaine des Organisations de Promotion du Développement (ALOP), un des organisateurs du Forum des OSCs. “À Mexico, les membres du Partenariat Mondial peuvent avancer de façon décisive pour promouvoir des politiques de développement cohérentes et pour plus d’engagement des parties prenantes vers la promotion de la diversification économique et de la transformation sociale dont le monde a besoin,” a ajouté Paola Simonetti, représentante des syndicats et présidente du groupe de travail du CPDE sur une approche du développement basée sur les droits humains (HRBA). Adresser les problématiques clés de l’efficacité au développement reste le coeur de l’engagement des OSCs dans le processus de réforme du cadre mondial de l’aide au développement, qui inclut le retrait des politiques de conditionnalité, la fin de l’aide liée et l’amélioration de l’utilisation des systèmes nationaux. Le Forum des OSC a rappelé:

• que tous les nouveaux engagements pris à Mexico doivent être un pas en avant véritable en termes d’environnement favorable, d’appropriation démocratique, d’égalité hommes-femmes, et d’approche basée sur les droits humains et que ces problématiques doivent être au coeur du Partenariat Global.
• La RHN doit se mettre d’accord quant au but global de la coopération au développement à travers le Secteur privé : construire une économie nationale qui offre des emplois décents et génère des revenus fiscaux, moteurs d’une transformation et d’un développement économique équitable, inclusif et durable.
• L’importance de combattre la corruption et les malversations qui compromettent les systèmes fiscaux nationaux.

“Les OSCs sont centrales au respect des principes fondamentaux de la coopération, mais nous faisons face à un espace de plus en plus restreint pour entreprendre nos activités du fait de nombreux obstacles légaux et réglementaires, et l’aide liée ferme encore plus ces espaces —ces tendances doivent être renversées,” a commenté Maria Theresa Lauron, Présidente du groupe de travail du CPDE sur l’efficacité du développement des OSCs. “Il est nécessaire de renforcer le Partenariat mondial pour atteindre nos aspirations en termes de développement et pour contribuer au processus post-2015,” a ajouté Richard Ssewakiryanga, un des co-présidents du CPDE. “Le Partenariat des OSCs est prêt à assumer son rôle si ces efforts sont entrepris,” a commenté Emele Duituturaga, présidente sortant du CPDE. More information: CPDE Facebook: www.facebook.com/CSOPartnerships CPDE Twitter: www.twitter.com/CSOPartnership_ Contacts: Mark Pascual (comms@csopartnership.org) +632 927 7062 Alerce Fernandez (afernandez@iboninternational.org) +632 9277062 Lora Verheecke (lora.verheecke@ituc-csi.org) +3222240307 Read the full article in Spanish, English, French

Post a comment

Translate »